Vibes and Life

Alex Du Kmer

  387 Fois

Biographie

Alex du Kamer est un artiste de hip hop « camerounais d’origine française ».
Il est né à Roanne, près de Lyon, au milieu des années 80. A 5 ans, il reçoit pour Noël un clavier, et il apprend la musique.

Ses premiers contacts avec le Cameroun sont liés au foot, car il est fan de l’équipe de football de Saint- Etienne, et notamment de Joseph-Antoine Bell et Lucien Mettomo qui évoluent dans cette formation pendant les années 90.
Au début des années 2000, il s’installe à Lyon, puis Paris, pour ses études. C’est aussi le moment où il commence à écrire des chansons. Il explore différents styles musicaux, au gré des courants qui l’ont influencé : la chanson française à textes, le piano voix, le rap français …
En 2007, diplômé d’une école de commerce, il intègre un cabinet de conseil à Paris. C’est aussi l’année où il se rend au Cameroun pour la première fois, à l’occasion d’un voyage familial. Il a un véritable coup de foudre pour ce pays, et notamment pour le camfranglais, argot local qui mélange français, anglais et dialectes. Par la suite, il continue à vivre à Paris et à visiter régulièrement le Cameroun – une fois par an en moyenne.
Autour de 2010, il commence aussi à écrire des textes de slam. Ce style musical lui permet d’allier une rythmique très énergique à des textes profonds.
En 2014, il sort son premier single, « Le pays est sucré », qui rencontre un succès immédiat. Il entame alors sa carrière d’artiste camerounais tout en étant toujours installé à Paris. Il multiplie les voyages entre les deux pays, notamment pour travailler en studio et assurer la promotion de ses titres.
A partir de 2016, surpris et touchés par son son degré d’intégration, les Camerounais se mettent à l’appeler Alex du Kamer (jusque-là, il signait ses sons « Alex »), en référence à Liu du Kamer, un artiste chinois également tombé amoureux de la musique camerounaise quelques années plus tôt ! Il adopte ce nouveau nom.
En 2017, il s’installe à Douala et donne un coup d’accélérateur à sa carrière.

Alex Du Mboa

Carrière

En 2014, Alex du Kamer sort son premier single « Le pays est sucré ». Bricolée dans sa chambre la veille d’un départ pour le Cameroun, clippée quelques jours après dans les rues de Douala, la chanson touche les Camerounais par l’originalité et la spontanéité de ce Blanc qui chante tout en camfranglais et qui n’hésite pas à donner de sa personne pour rendre hommage à certaines réalités du pays : en effet, dans le clip on voit Alex du Kamer conduire un moto-taxi, servir de la viande grillée dans la rue ou encore tirer un pousse-pousse au marché… Le buzz est immédiat, avec 100 000 vues en quelques jours, et un intérêt médiatique important.
Face à ces réactions encourageantes du public et des médias, Alex du Kamer décide de travailler sur de nouveaux sons en s’entourant de professionnels en studio. Mais il est retourné à Paris, et travailler à distance ne s’avère pas toujours simple…
C’est en 2016 que sortira un nouveau titre, « Nyangalement ». Après avoir dépeint des réalités camerounaises pas toujours faciles mais au final très attachantes dans son premier single, il s’intéresse dans ce deuxième son à un aspect précis de la culture camerounaise, un certain orgueil, une certaine classe qui est recherchée en toutes occasions dans la manière de s’habiller, de marcher, de danser. Pour cette chanson, Alex du Kamer rappe sur du makossa de la plus pure tradition. L’opus sera à son tour un franc succès.
Mi-2017, l’appel du Cameroun se fait trop insistant : Alex du Kamer s’installe à Douala. Cette année va s’avérer très féconde, puisque l’artiste enchaîne le single « Petite sœur » en duo avec SadraK du groupe mythique Negrissim, qui parle des jeunes filles qui veulent tout, tout de suite et à tout prix, le freestyle « Routes du Kamer » qui dénonce le nombre vertigineux de morts sur les routes camerounaises, et un autre single, « Kongossa » enregistré au Squad Room, qui titille une autre passion bien camerounaise : les ragots…
2017 sera aussi le temps des premières scènes au Cameroun : en discothèque dans les principales villes du pays, au Marché central de Douala devant des commerçants ébahis et enchantés, au Palais des Congrès de Yaoundé à l’occasion des Trophées francophones du cinéma à Yaoundé, au Douala Hip-Hop Festival…
Début 2018, Alex du Kamer apparaît en guest dans un épisode de la websérie à succès Pakgne. En interprétant « le Blanc de Poupi », il reste fidèle à ce qu’il est musicalement et personnellement : un vrai Camerounais d’adoption !
En mai 2018 sort l’album Muna Mboa (Cliques Pour Découvrir) . Alex réalise plusieurs concerts à Douala et dévoile les titres « 2035 », « Na mongele oa » et « Tobassi ».