Le Top de la culture urbaine africaine

All (46)

The Lion King – Pourquoi Beyonce a choisi Salatiel

  445 Fois

The Lion King – Pourquoi Beyonce a choisi Salatiel

Qui aurait la prétention de faire un iPhone mieux que Steve Jobs ? Du fait de l’actualité ambiante dans le showbizz Camerounais, je me suis réellement posé la question de savoir qu’est ce qui se vends dans la musique Camerounaise ? Rentrons un peu sur les faits ;

Il y a un peu plus de 24 heures, la toile camerounaise s’enflammait du fait d’une nouvelle pour le peu inédite : l’américaine Beyoncé, reine de la pop et véritable super star mondiale invitait Salatiel, artiste musicien et producteur Camerounais ainsi que d’autres artistes sur l’album The Lion King – Gift.

Comme on pouvait s’y attendre, une grande vague de félicitations s’est levé sur les réseaux sociaux. Également, comme c’est toujours le cas au Cameroun, bien des pics ont étés lancés vers les autres artistes dans un but de raillerie générale. Cet épisode qui n’en est qu’a son début finira par retomber mais auront nous compris ? Pourquoi le choix de Salatiel ? Quelles leçons en tireront nous ?

Créer notre propre style

Interrogé sur ce choix, l’artiste américaine dira : Il s’agit d’« une lettre d’amour à l’Afrique, et je voulais m’assurer de trouver les meilleurs talents d’Afrique (…) plutôt que d’en livrer ma propre interprétation« , a-t-elle ajouté. Avec « les rythmes, les chants, tous ces incroyables nouveaux sons mixés à des producteurs américains, nous avons d’une certaine façon créé notre propre style ».

Si l’on s’attarde sur la tracklist en question, l’on constate que, Salatiel est le seul artiste Camerounais et plus généralement d’Afrique Francophone contre 6 artistes pour le Nigeria (Mr Eazi, Tekno, Wizkid, Burna Boy, Yemi Alade et Tiwa Savage), 2 pour l’Afrique du Sud (Busiswa et Moonschild Sanelly), 1 pour le Ghana (Shatta Wale).

A Vibes And Life, nous avons pris la peine d’écouter chacun de ses artistes dans leur style de base et ce qui ressort est quasiment flagrant. Ils font la musique de chez eux. De Brenda Fassi à Busiswa il n’y a finalement que de la modernité et de l’innovation. C’est pratiquement même constat de Fela Kuti à Yemi Alade. Soyons un peu sérieux !!!  Pouvons nous faire de l’afrobeat mieux que ceux dont c’est la tradition ? Bon nombre de ses artistes ont améliorés ce que leurs ont légués leurs pairs : De la musique africaine, porteuse de message, de symboles et aussi porteuse de motivation et d’énergie.

Le choix de Salatiel selon Beyonce aurait été fait après l’écoute du titre One Day na One Day. Le titre à lui seul vous fait comprendre pourquoi malgré Michael Jackson et les autres top musiciens des années antérieures, Wes Madiko est devenu une super star mondiale.

Le titre One Day Na One Day de Salatiel

Faire du hip hop c’est bien ; Mais bien des fois les amoureux du hip hop iront puiser leurs titres auprès des artistes américains. Faire de l’afrobeat alors qu’on est Camerounais c’est également bien, mais il ne faut pas se plaindre si dans une playlist un DJ trouve qu’il est nécessaire d’insérer des musiques nigérianes ou ghanéennes.

Nous avons de la ressource, utilisons là. Big up donc à Salatiel pour cette nouvelle expérience. Big up au tonton Richard Bona et à la tata Kareyce Fotso qui, loin des projecteurs auront fait le tour du monde avec la musique Camerounaise. Big up à Jovi le Monstre qui dans ses prods n’oubli jamais mama Africa. Big up à Cysoul, jeune artiste qui aura su choisir la voie de nos origines, et finalement Big up à tous les acteurs qui se battent pour faire briller haut les couleurs du Cameroun et de l’Afrique.